PROGRAMME COMMUN       WEB-SÉRIE      BONJOUR PRÉSIDENT, C’EST MOI      PARCOURS CULTUREL      PARTENAIRES      RÉSERVATIONS

 

WEB-SÉRIE CAMPAGNE

Alors que les réseaux sociaux sont un moyen de communication incontournable pour toucher le plus grand nombre, à commencer
par la jeunesse, Chahuts a proposé aux artistes et chercheurs de produire des films ou objets sonores, qui seront diffusés
et partagés le plus largement sur internet.
Chaque équipe est en résidence 4 jours dans un lieu partenaire pour créer un objet sonore ou filmé d’une durée de 2 à 3 minutes.
Cet objet sera diffusé du 18 février au 22 avril 2017 sous la forme d’une « web-série » sur internet et dans les cinémas partenaires.
L’enjeu du projet Campagne n’est pas de prendre parti pour un candidat ou un parti politique en particulier, mais de proposer des
créations en écho ou en réaction à la fabrique du discours politique

 

Fanny De Chaillé / Jean Michel Valtat – Psychiatre / Manuel Coursin

Episode #1 – TOUS FÉMINISTES

 « Je fais des spectacles parce qu’il me semble que le théâtre reste un des seuls endroits où l’on parvient à se parler, s’écouter et s’entendre. Je fais le pari que c’est par la sensualité, par la sonorité de la langue qu’on peut lui redonner de la valeur. Le texte est un point de départ pour développer une réflexion et fabriquer une nouvelle forme, habituellement pour la scène. Avec CAMPAGNE, il s’agit cette fois de se confronter à des textes politiques ou plutôt à des discours d’hommes politiques, ce qui est assez différent. S’interroger non seulement en tant qu’artiste mais également – et de façon indissociable en tant que citoyenne –, sur le langage que déploie ce type de discours. Les étudier, les travailler comme une partition, celle d’un acteur : l’orateur. Pour cela j’ai choisi de convier un psychanalyste, Jean-Michel Valtat, et ensemble nous allons décrypter (si cela est possible) le discours politique, la langue de cet orateur du point de vue psychanalytique. Que dit-il vraiment, comment le dit-il ? »
Fanny de Chaillé, septembre 2016

Collectif OS’O / Nicolas Patin – Historien / Mathieu Gervaise – réalisateur

Episode #2 – PROMETS-TOI TOI-MÊME

« “Il ne faut pas prendre les promesses de campagne à la lettre” disait Donald Trump quelques jours après son élection,
pour rassurer son homologue japonais concernant la protection militaire américaine. “Promettre est tout à fait dans l’air du temps, cela ouvre les yeux du désir. Exécuter a toujours eu la fadeur de la réalité et sauf chez les gens simples et naïfs, tenir parole ne se fait plus du tout” nous rappelle Shakespeare. En France, nos oreilles dansent sur la musique morbide des promesses non tenues. L’objectif unique de ces exercices d’éloquences de campagne n’étant pas de se faire élire ? Quoi d’autre ? Se mettre au service de la collectivité ? Peu de politicien.nes semblent encore avoir ce désir-là. Alors les mots se vident peu à peu de leur sens. Et c’est toute la démocratie qui chavire. Mais nous ne voulons pas en rester à ce triste et lugubre constat et nous voulons croire qu’une nouvelle idée de l’exercice politique est possible. Aussi, nous travaillerons avec l’historien Nicolas Patin à tisser des liens entre avant et maintenant, ici et là-bas,
tenter de comprendre les mécanismes d’érosion de la démocratie et pourquoi pas en l’espace d’une courte vidéo, redonner du sens au mot ? »
Collectif OS’O

Gaëlle Bourges / Jeanne Lazarus – Sociologue / Réalisation Lorenzo Recio

En dialogue avec la série de fresques « Les Effets du bon et du mauvais gouvernement », véritable propagande politique
par les images, peinte par Ambrogio Lorenzetti en 1338 à la demande du gouvernement communal de Sienne, Gaëlle Bourges (chorégraphe) et Jeanne Lazarus (sociologue) passeront au crible les morales de l’argent que les candidats mettent en avant dans leur discours de campagne en vue des élections présidentielles. Gaëlle Bourges continue ainsi son travail de mise à la question des représentations à l’aune des images anciennes (dans la fresque de Lorenzetti, le thème de la redistribution des richesses et du bien commun) en rencontrant ici la recherche de Jeanne Lazarus sur l’argent et les banques.

Nicolas Bonneau / Corinne Legoy – Historienne / Réalisation Laura Serreau

« On se souvient peut-être de la phrase de Laurent Fabius, apprenant que Ségolène Royal serait candidate aux primaires
du Parti Socialiste en 2006, alors que son compagnon François Hollande l’était déjà lui aussi :
– Mais qui va garder les enfants ?
Le cliché est donc toujours là, tenace, la domination masculine toujours aussi prégnante. Pourquoi la politique est-elle si machiste et conservatrice ? Qu’est ce qu’être une femme politique ? Pourquoi si peu de femmes accèdent-elles au pouvoir ? La faute au système ? Aux femmes elles-mêmes ? À nos propres représentations acquises depuis des siècles ? À partir d’une enquête de plus de deux ans, où je vais suivre plusieurs femmes politiques dans leur quotidien, j’aimerais raconter leur vie au jour le jour. Dans leur métier et dans leur vie privée. En dresser les portraits. Femmes de droite ou de gauche. Au niveau local et national. Le projet CAMPAGNE et la rencontre avec Corinne Legoy, ancienne plume politique (Chantal Jouanno, Chrsitine Albanel), s’inscrivent dans cette démarche et ce processus de travail autour de mon prochain spectacle Qui va garder les enfants ? ».
Nicolas Bonneau

 

Julien Fournet / Mohamed Amer Meziane / Réalisation Éric Bézy

Julien Fournet nous offre ici un genre de vidéo dont la jeune génération est familière : un tutoriel pour effectuer une action.
Une action simple mais concrète : détruire un mur de cartons érigé sur la voie publique. Il constitue une barrière à la fois
symbolique mais aussi bien réelle dans l’espace urbain. Mais que représente t-il ? Comment les actes ont-ils le pouvoir de
remplacer les mots et les discours vains ? Dans quelle mesure s’affranchir des barrières physiques permet-il de dépasser nos
barrières mentales ? Que proposons-nous par le franchissement d’un mur ou sa destruction ?
Julien Fournet entend souligner la force du nombre comme Gustave Le Bon l’avait analysé dans La psychologie des foules au
XIXème siècle.
Ce sont des questions que Chahuts vous propose de vous poser avant de vous-même passer à l’acte très prochainement.
Rendez-vous le 14 juin pour l’inauguration du Festival Chahuts 2017 et l’émergence de nouvelles utopies.. »